A partir de 2013…

CHOREGRAPHIES SUSPENDUES (artistes vietnamiens) :  vernissage le jeudi 20 février 2014 à partir de 18H30.

Huit artistes vietnamiens contemporains tissent un récit polyphonique qui propose d’autres scénarios, entre histoire coloniale, comportement collectif, système de classe et emprise de l’idéologie.       L’exposition Chorégraphies suspendues bouscule les idées reçues sur les rapports entre le Vietnam et la scène internationale en mettant en lumière une communauté artistique qui dénonce la conscience historique souvent projetée sur son pays (culpabilité de la guerre, désir d’évasion touristique, nostalgie de l’époque coloniale).
Le Vietnam est une nation, mais c’est aussi une mémoire, un paysage symbolique marqué
par le conflit mondial du XXe siècle le plus souvent porté à l’écran, dans une perspective simplifiée, stéréotypée et constamment réitérée pour apaiser le sentiment de culpabilité entourant ce que les Vietnamiens appellent la « guerre américaine ».

Rencontres autour de l’exposition Chorégraphies suspendues

Zoe Butt, commissaire de l’exposition, directrice artistique de Sàn Art à Ho Chi Minh-Ville et les artistes exposés présents ont rencontré le public le Vendredi 21 février 2014, avec projections de films, conférence et débats.

Nguyen Trinh Thi  Nguyen Thai Tuan  Lena Bùi


Exposition du 12 octobre 2013 au 26 janvier 2014 – STAN DOUGLAS –  Photographies 2008-2013

Depuis la fin des années 80, Stan Douglas réalise des films, photographies et installations qui réinterrogent certains lieux et évènements du passé. Il s’approprie les codes et les techniques existants dans le cinéma, la télévision ou la photographie de presse. L’exposition à Carré d’Art présente les séries de photographies produites entre 2008 et 2013. Il y est question de photojournalisme, de rhétorique du reportage, de fiction documentaire, des médias et du devenir du spectacle de l’information.

Le retour vers le passé dans l’ensemble de ces séries est un moyen d’opérer une rupture dans


LA COLLECTION – ACCROCHAGE 2013-2014 – DE LA PRÉSENCE DES LUCIOLES
Carré d’Art – Musée d’art contemporain de Nîmes

En 1975 Pasolini écrit un texte sur la disparition des lucioles. Les lucioles, minuscules insectes, dans leur parade nuptiale émettent des lueurs visibles dans l’obscurité. Pasolini les associe aux corps désirants, au plaisir de la transgression. Pour lui elles ont disparu sous les projecteurs de l’industrie culturelle et du divertissement. Comme le pensait Didi-Huberman dans son livre de 2009, La Survivance des Lucioles, les oeuvres présentées dans le nouvel accrochage de la collection peuvent être apparentées à ces points lumineux qui nous accompagnent dans une lecture poétique du monde.

La nouvelle présentation de la collection donne une place importante aux nouvelles acquisitions et dépôts avec des oeuvres de Georg Baselitz, Ryan Gander, Walid Raad ou Danh Vo.

Le nouvel accrochage permet de redécouvrir ou découvrir des œuvres de la collection avec une présentation de salles monographiques (Claude VIALLAT – Daniel DEZEUZE- Giuseppe PENONE – Suzanne LAFONT) et de salles permettant de construire des liens, des correspondances entre les œuvres.

COLLECTION-DP


LA COLLECTION DE CARRE D’ART-MUSEE D‘ART CONTEMPORAIN DANS LA VILLE : Musée des Beaux-Arts – Musée du Vieux Nîmes – Ecole supérieure des Beaux Arts, du 28 juin  au 20 octobre 2013

Pour les 20 ans de Carré d’Art il a été proposé aux directeurs de différentes institutions culturelles de Nîmes de porter un regard sur la collection du Musée d’art contemporain, de la faire dialoguer avec leurs collections pour le Musée des Beaux Arts ou le Musée du Vieux Nîmes et l’histoire de l’école pour l’Ecole  Beaux Arts.

Les différentes propositions permettent de découvrir des relations inattendues, mais riches de sens, entre la création contemporaine et l’art plus classique et de découvrir ou re-découvrir des œuvres rarement montrées.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Veuillez trouver  ci-joint le communiqué de presse (français) de l’exposition de Norman Foster dans le cadre des 20 ans de Carré d’Art     MOVING-Dossier de presse-FR

Pour les 20 ans de Carré d’Art, Norman Foster a été invité à être le commissaire de l’exposition anniversaire qui a été inaugurée le 2 mai 2013. Cette exposition est doublement exceptionnelle par le fait que Norman Foster a été pour la première fois le commissaire d’une exposition et qu’elle a eu lieu dans le bâtiment qu’il a lui-même construit il y a tout juste 20 ans.
Norman Foster est un amateur d’art avisé et avec sa femme un grand collectionneur. La sélection est composée pour la plupart d’œuvres d’artistes qu’il collectionne et avec qui lui et sa famille vivent au quotidien.Des œuvres seront commandées spécialement pour cette occasion. C’est le cas d’une œuvre sonore de l’artiste américain Bill Fontana, qui est déjà intervenu à La Tate Gallery de Londres ou sur le Golden Gate Bridge de San Francisco, mais aussi une installation monumentale de l’artiste brésilien Nuno Ramos, ou Olafur Eliasson.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

QUESTIONS D’IMAGES (VISAGES DE SABLE)

30 ans du FRAC Languedoc-Roussillon – exposition du 7 septembre au 20 janvier 2013 à Carré d’Art – Musée d’art contemporain de Nîmes

EIJA-LIISA AHTILA – Mondes parallèles Carré d’Art
Exposition du 12 octobre 2012 au 6 janvier 2013

 

AHTILA-Dossier de presse

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

• Vera lutter du 6 juin au 16 septembre 2012 à Carré d’Art
Vera Lutter est née en 1960 en Allemagne, vit et travaille à New York. Le musée Carré d’Art a organisé une exposition monographique, consacré à son travail. C’était sa première exposition muséale en Europe.
 

LUTTER-Dossier de presse-FR