Archives

Table ronde : Le numérique quel avenir pour les bibliothèques ?
Une cinquantaine de Nîmois ont assisté le jeudi 18 novembre, à Carré d’Art, à notre table ronde intitulée Le numérique – quel avenir pour les bibliothèques? Chacun des intervenants (Catherine Musson, conservateur, Michel Etienne, directeur du réseau nîmois, Odile Nublat, conseillère pour le livre à la DRAC et Agnès Dème, responsable régionale de la lecture publique) a présenté son point de vue sur ce thème, pour donner aux auditeurs une compréhension plus approfondie des atouts et des défis qu’apporte le numérique aux professionnels et aux usagers des bibliothèques.

Il est évident que le rôle de la bibliothèque n’est plus seulement documentaire, mais concerne aussi l’accès à l’offre en ligne, qui, nous le savons, est énorme. Par exemple, il n’y a pas très longtemps, la bibliothèque universitaire de Nîmes s’abonnait à 250 revues scientifiques sur papier, maintenant il y en a 10.000, accessibles sur ordinateurs. On note aussi une révolution numérique dans le domaine du patrimoine, avec la conservation et la numérisation de la presse ancienne et régionale. Mais la « dématérialisation du livre » pose d’autres questions inquiétantes sur l’ensemble du schéma économique de la production du livre : piratage et téléchargement gratuit, risques financiers pour les éditeurs et les créateurs, mépris des droits d’auteur.

Michel Etienne a insisté sur les aspects sociaux de l’utilisation du numérique. En France, 60% des foyers sont équipés de P.C. à usage de communication, d’information, de loisirs culturels, de supports de consoles de jeux, et de téléphones multifonctions. Mais il existe des fractures importantes dans l’appropriation de l’outil entre les générations, et entre les populations rurales et urbaines. Les bibliothèques ont donc un rôle essentiel à jouer en rééquilibrant l’accès à l’outil, et dans les choix, la mise à disposition et la valorisation des ressources.

Nos intervenants nous ont permis de mieux comprendre l’immense bouleversement déjà à l’œuvre dans les bibliothèques, et ont stimulé notre réflexion sur leur avenir, pour l’instant encore incertain. Nous les en remercions chaleureusement.