Archives

Grands et petits secrets du monde de l’art, de Catherine Lamour, auteur, avec Danièle Granet, Fayard 2010

Une belle soirée avec Catherine Lamour. Sous ce titre accrocheur, celui d’ un livre qu’ elle a récemment publié, Catherine Lamour a donné sous l’égide de notre association, le jeudi 14 octobre, une conférence qui a rencontré un vif succès. C. Lamour dit s’être intéressée à ce sujet par curiosité après avoir assisté à une vente de Christie et avoir été abasourdie par les prix atteints par certaines œuvres. Le marché de l’art lui est apparu comme « l’eldorado des temps modernes ».

C’est un terrain de jeu pour hyper milliardaires. « Les chercheurs d’art sont désormais des chercheurs d’or ». Une grande évolution s’est produite à cet égard depuis 2000. Avant cette date, le prix d’une œuvre dépendait de l’appréciation des artistes, du soutien des galeristes ou directeurs de musées. Après 2000, c’est le prix qui fait la cotation, la communication fait l’artiste. Celle qui a présidé à la création du musée François Pinault à Venise a été organisée à l’échelle mondiale. Cent collectionneurs mondiaux, français, américains, chinois etc.. fréquentent les grandes foires, Miami, Bâle, Maastricht, la FIAC à Paris, dans une atmosphère de luxe inouï, et font les prix.

Comme il faut renouveler toujours la production, pour assurer le maintien des profits, les artistes, Jeff Koons ou Murakami, ne contrôlent plus rien et sont transformés en marque. Du coup les musées publics ne peuvent plus suivre et on assiste à une privation de l’art. Il n’en reste pas moins qu’il subsiste une frange d’artistes qui aspirent simplement à vivre de leur art, que la créativité de l’art contemporain est réelle et parfois remarquable, et que l’art occupe désormais dans notre société et auprès du public, une place qu’il n’avait pas auparavant au même degré.