Visites

Visite de la médiathèque La Durance à Cavaillon – 29 mai 2008

Le jeudi 29 mai, une quinzaine de membres de notre association ont été reçus par Mme Pringuet directrice de la médiathèque La Durance à Cavaillon et par un de ses adjoints. Cette médiathèque a été créée en 1997 alors qu’il n’existait qu’une toute petite bibliothèque municipale. Elle travaille en réseau depuis le 1er janvier 2006, dans le cadre d’une communauté de communes, avec 3 autres petites structures de communes voisines. Située à proximité du centre ville, la médiathèque La Durance est un édifice aéré et lumineux disposé sur 3 étages (2500 m2 au total). Nous avons parcouru les différents espaces de la bibliothèque, distribués de façon originale. Le hall d’entrée offre une zone d’exposition (photos sur le thème du graffiti, en partenariat avec des jeunes en difficulté), puis on aborde un espace Actualité où l’on trouve romans, poésies (avec une attention particulière pour ce domaine), ouvrages de documentation et journaux. Ici les documents (sur tous supports) sont classés par sujets, et des tables de suggestions invitent à la lecture, selon une approche assez voisine de celle des libraires. La médiathèque n’a pas de fonds ancien et donc pas de magasins. Elle élimine les livres qui ne sont plus d’actualité. Une brochure, la Liseraie, informe les lecteurs sur les acquisitions. Un espace Jeunes adultes s’adresse aux lecteurs de 14 -25 ans. Une bibliothèque sonore et de livres en grands caractères répond à des besoins plus spécifiques. Un espace Internet, limité en étendue, est accessible sur inscription préalable. Un riche espace Image présente des ouvrages sur la photo, les arts le cinéma, des films sur videos et DVD. Une salle Arts du spectacle travaille en collaboration avec le Théâtre (scène nationale qui jouxte la médiathèque).

La Bibliothèque jeunesse s’adresse aux tout petits et enfants jusqu’à 14 ans. Un espace Musique contient le fonds musical et 1500 partitions. Une Salle d’étude qui offre des ouvrages de référence (dictionnaires, encyclopédies etc ..) est réservée au travail des adolescents et adultes. Un espace de « livres singuliers » regroupe les acquisitions de livres rares (livres d’artistes etc..) afin de constituer dans ce domaine un fonds patrimonial. En outre la médiathèque reste fidèle au souvenir d’Alexandre Dumas qui fut dans les années 1860 un donateur d’ouvrages à la bibliothèque populaire de l’époque. Enfin un auditorium de 100 places environ permet l’organisation de concerts et conférences. Une initiative très originale pour toucher un nouveau public a consisté à créer une zone d’accueil temporaire à la piscine municipale.L’accès à la bibliothèque (pour le prêt à domicile ou l’accès à internet) suppose une inscription (12 € par individu , 20 pour une famille, 6 pour les jeunes, gratuité pour chômeurs et élèves du cycle primaire et secondaire). La médiathèque n’a pas été affectée par la diminution des inscriptions qui affecte beaucoup de bibliothèques, mais la fréquentation du fonds musical a été touchée par l’essor du téléchargement. Il est vrai que les conditions de prêt sont très libérales : 12 documents pour 3 semaines dont 4 films et 5 disques au plus et 1 CD rom. Le nombre de prêts pour l’ensemble des 4 structures s’élève à 375 000 documents par an dont 150 000 pour le fonds jeunesse, soit environ 11 prêt par habitant,ce qui est un record national. Le budget d’acquisition est important (220 000 €).La bibliothèque qui travaille actuellement avec 21 personnes, compte sur la transformation envisagée de la communauté de communes en communauté d’agglomération pour accroître son rayonnement. Notre visite s’est achevée par la présentation de livres « singuliers »,ouvrages poétiques,de facture exceptionnelle, illustrés par des artistes, dont le nombre est actuellement de 700 environ. Au total une visite de grand intérêt, guidée par des responsables passionnés et qui permet d’intéressantes comparaisons avec Carré d’Art et d’autres médiathèques.

L’après-midi visite à l’Isle-sur-la Sorgue de l’exposition à la Maison René Char de Pierre Lesieur. Pierre Lesieur est né le 21 mai 1922, et là il ouvre à sa manière les portes de ses ateliers.

Pierre Lesieur est libre de toute chapelle. Il est ailleurs. Il aura vu passer tous les mouvements du vingtième siècle : l’école de Paris, l’expressionnisme abstrait, l’abstraction lyrique, la figuration libre, les nouveaux réalistes, l’op et le pop art ……
Peinture légère. Pierre Lesieur aime le flou, les couleurs lavées, voilées.

Malgré les trombes d’eau reçues au retour, ce fut une belle journée.